Comparaison de la toxicité cellulaire de la chlordécone et de deux de ses dérivés déchlorés formés par réduction chimique - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2016

Comparaison de la toxicité cellulaire de la chlordécone et de deux de ses dérivés déchlorés formés par réduction chimique

(1) , (1) , (2) , (2) , (3) , (4, 5) , (4, 5)
1
2
3
4
5

Résumé

Aux Antilles, il est avéré que la chlordécone (CLD), insecticide organochloré, contamine les sols, les eaux douces souterraines et superficielles, les eaux marines et les organismes terrestres et aquatiques continentaux et marins (Bocquené et Franco, 2005 ; Bertrand et al., 2009 ; Coat et al., 2006 ; Jondreveille et al., 2014 ; Monti et Coat, 2007). Des effets délétères sur la santé humaine tels qu’une augmentation du risque de cancers de la prostate et de naissance prématurée après exposition à la CLD ont été démontrés (Dallaire et al., 2012 ; Kadhel et al., 2014 ; Multigner et al., 2010). La décontamination des sols permettrait de réduire les voies d’exposition à la CLD. La décontamination par voie microbiologique reste actuellement très loin d’un stade opérationnel. Les travaux menés dans le programme DEMICHLOR 2011 – 2013 piloté par l’INRA montrent que même en conditions de laboratoire optimisées la biodégradabilité de la chlordécone est limitée à quelques pourcents de la concentration initiale (Fernández-Bayo et al., 2013 ; Merlin et al., 2014). En revanche, le potentiel de la réduction chimique (In Situ Chemical Reduction, ISCR) pour décontaminer les sols a été démontré (Mouvet et al., 2016). Ce procédé engendre une transformation de la CLD en produits dont le niveau de déchloration varie de 1 à 7. La monohydroCLD dont l’atome de chlore (Cl) en position 5a a été remplacé par un atome d’hydrogène (5a-hydroCLD) est le produit formé avec les plus fortes concentrations. De la trihydroCLD (CLD-3Cl) est également retrouvée dans les sols et eaux des sols traités par ISCR. L’objectif de ces travaux est de comparer la toxicité de la 5a-hydroCLD et de la CLD – 3Cl par rapport à celle de la CLD. Dans une première approche prospective, la toxicité in vitro a été évaluée par le test de mutagénicité d’Ames, le test de génotoxicité par évaluation de l’induction de micronoyaux sur cellules TK6 (lignée lymphoblastoïde humaine) et l’effet sur l’angiogenèse de cellules endothéliales (ce test quantifie la formation de nouveaux vaisseaux sanguins qui apportent les éléments nutritifs nécessaires au développement des tumeurs
Fichier principal
Vignette du fichier
Résumé Mouvet et al.pdf (259.49 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-01309463 , version 1 (29-04-2016)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01309463 , version 1

Citer

Christophe Mouvet, Sébastien Bristeau, Fabrice Nesslany, Frédérique Lobez, Bernardin Akagah, et al.. Comparaison de la toxicité cellulaire de la chlordécone et de deux de ses dérivés déchlorés formés par réduction chimique. 46e congrès du Groupe Français des Pesticides, May 2016, Bordeaux, France. ⟨hal-01309463⟩
181 Consultations
217 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More