Les bases de données côtières : un outil pour mieux comprendre les effets des variations du niveau marin sur la mobilité du trait de côte

Résumé : Une grande partie des côtes mondiales subissent aujourd'hui une érosion préoccupante qui devrait augmenter avec l'élévation du niveau marin induite par le changement climatique. Cependant, la mobilité du trait de côte induite par les processus d'érosion dépend non seulement des variations du niveau marin, mais aussi de nombreux autres facteurs qu'ils soient hydrométéorologiques (vagues, courants, tempêtes), continentaux (apports sédimentaires par les fleuves) ou anthropiques (défenses côtières, exploitation de sédiments, usage des sols...). Enfin, les variations du niveau marin relatif sont elles-mêmes fonction de facteurs globaux, mais aussi des mouvements du " sol " à l'échelle régionale ou locale (géodynamique interne, tassements différentiels des sédiments etc.). La mobilité côtière est donc conditionnée par des processus globaux combinés avec des processus régionaux et locaux. Dans le cadre du projet ANR-CECILE, nous avons observé comment le trait de côte a évolué au cours des cinquante dernières années sur un nombre important de sites peu anthropisés et subissant des variations du niveau marin diverses. Ainsi dans l'Océan Pacifique, pour 4 atolls de Polynésie Française, les mouvements du trait de côte apparaissent principalement gouvernés par les effets des vagues et des tempêtes, malgré une élévation du niveau marin qui a été deux fois plus rapide que la moyenne globale depuis 60 ans (soit de l'ordre de 4mm/an). Par contre en Nouvelle-Calédonie, les côtes les plus mobiles sont celles des zones estuariennes et péri-estuariennes ; leurs évolutions y sont essentiellement contrôlées par les apports sédimentaires en provenance des bassins versants. En Europe, une ré-analyse des données côtières (Base de données Eurosion, 2004) met en évidence qu'après la géomorphologie côtière, les variations du niveau marin sont le deuxième facteur le plus important expliquant la mobilité décennale des rivages non-artificialisés. Les travaux en cours montrent la variété des facteurs responsables de la mobilité récente du trait de côte en fonction du contexte. Ceci démontre l'utilité de disposer de bases de données côtières incorporant des informations sur la géomorphologie côtière, l'évolution du trait de côte, les conditions hydrométéorologiques et les variations du niveau marin relatif. De telles bases de données permettent de disposer des éléments indispensables à l'analyse raisonnée de la mobilité du trait de côte et à l'interprétation des causes de cette mobilité.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-brgm.archives-ouvertes.fr/hal-00689999
Contributeur : Gonéri Le Cozannet <>
Soumis le : vendredi 20 avril 2012 - 17:08:06
Dernière modification le : lundi 28 octobre 2019 - 16:58:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-00689999, version 1

Collections

Citation

Gonéri Le Cozannet, A. Cazenave, David Salas y Melia, Guy Wöppelmann, Vincent Donato, et al.. Les bases de données côtières : un outil pour mieux comprendre les effets des variations du niveau marin sur la mobilité du trait de côte. CNFCG - Les changements globaux: enjeux et défis, Jul 2012, Toulouse, France. ⟨hal-00689999⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

313